X
Wilfrid DE CONTI
Temps de lecture: 9 mn environ
Illustration par Fanny Lamouroux

On dit qu’un produit est biodégradable lorsqu’il peut être décomposé naturellement par des organismes vivants. Deux aspects sont importants : la faculté à se dégrader et la vitesse à laquelle le produit est digéré dans le milieu biologique. Là encore, il est possible de tomber dans la piège du greenwashing. 

Axel vous explique tout sur la biodégradabilité dans ce nouvel épisode de la Note Éco. 

“100% biodégradable”, ça veut dire quoi ?

C’est un produit qui peut totalement être décomposé par des organismes vivants. Le problème, c’est que vous ne verrez jamais un produit où il est écrit “50% biodégradable”, parce que ça signifie qu’il n’est pas biodégradable. On peut donc enlever la mention “100%”, parce qu’un produit est soit biodégradable, soit il ne l’est pas. 

Les marques peuvent-elles mentir ?

On ne peut pas vraiment mentir, mais on peut jouer avec les conditions. Une entreprise peut vous vendre comme biodégradable un objet qui se décompose en quelques centaines d’années. Autre chose : les conditions physiques de décomposition. Un produit a besoin d’une température et également d’un environnement précis pour qu’il soit digéré. Il y a donc une grande différence entre un produit biodégradable et sa décomposition effective. Un conseil : n’allez pas enterrer dans votre jardin un objet qui est indiqué comme biodégradable. Il aura en effet peu de chance de se décomposer.

Comment mieux renseigner les consommateurs ? 

Il faut commencer par retirer toute mention “biodégradable”. C’est d’ailleurs obligatoire depuis la loi relative à la lutte contre le gaspillage et à l’économie circulaire de 2020, qui précise qu’il est interdit de faire figurer sur un produit ou un emballage la mention “biodégradable”. On peut ainsi inscrire une notion plus forte : celle de compostabilité. Pour aider le consommateur, il est recommandé d’avoir un label comme “OK compost” qui permet de distinguer les produits que l’on peut mettre en compost maison de ceux qui devront passer en compost industriel. Évidemment, le compost maison est à privilégier parce qu’on est sûr d’avoir un produit décomposé en fin de vie. Votre objet compostable seulement en version industrielle finira aux ordures ménagères puisqu’il n’y a pas de filière de collecte en France.

Pour résumer, il n’y a pas d’avantage à avoir un produit qui se dit biodégradable ou compostable au niveau industriel. En outre, pour qu’elle soit effective, la biodégradation doit se faire en compost maison.

Faîtes bien attention aux greenwashers et rendez-vous au prochain épisode !

Pour en savoir plus sur la biodégradabilité : 

https://circulaire.legifrance.gouv.fr/jorf/article_jo/JORFARTI000041553778 
https://m-mme-recyclage.com/assets/adebiotech_pll-rapport-v6.pdf 

L’auteur :

Wilfrid de Conti
Professionnel de l’engagement et de la brand advocacy

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.