X
Wilfrid DE CONTI
Temps de lecture: 10 mn environ
Illustration par Fanny Lamouroux

Suite au dernier épisode sur la neutralité carbone, on évoque aujourd’hui un sujet connexe : la compensation carbone. Utilisée en masse depuis quelques années par les entreprises afin de se prétendre neutres ou de proposer des produits neutres, elle représente une promesse écologique fortement disproportionnée.

Qu’est-ce que la compensation carbone ? 

Encore une fois, la définition est floue, et 2 actions différentes peuvent être prises en compte. D’une part, une entreprise peut financer des projets d’énergies renouvelables. Cela permet d’éviter théoriquement les émissions des autres. Problème : cela ne devrait pas être considéré comme de la compensation, puisque les émissions ne sont pas réduites. Ce n’est pas du CO2 en moins dans l’atmosphère, c’est simplement une moindre augmentation des émissions futures des autres. Et encore, ce projet aurait pu exister sans ce financement. 

D’autre part, une entreprise peut participer à des projets de séquestration des émissions, soit par technologie de capture (appelées CCS), soit par le financement de projets de puits de carbone naturels, comme la plantation d’arbres.

La reforestation : une bonne idée ?

Sur le papier, ça fait rêver. Il est pourtant difficile de voir la plantation d’arbres comme une réelle compensation. Premièrement, il y a un décalage dans le temps entre les émissions et la captation, alors qu’il y a une urgence climatique. L’arbre planté met quelques dizaines d’années à séquestrer le carbone alors que les émissions de l’entreprise sont instantanées. Ensuite, le risque que l’arbre ne capte finalement pas les émissions est élevé : coupe de l’arbre, incendie, animaux ravageurs… autant dire que nous n’avons pas encore vu d’entreprise ajouter des émissions à son bilan carbone parce que son projet a subi un feu de forêt ! 

Il existe également d’autres problèmes, comme le fait de planter les arbres dans des régions inadaptées. Cela est déjà arrivé dans des régions arides. Résultat ? Les arbres ont pompé l’eau des nappes phréatiques et ont détruit la végétation locale. Un autre cas dans une région enneigée. Résultat ? Les arbres retiennent davantage le rayonnement solaire, ce qu’on appelle l’effet d’albédo, et cela participe au réchauffement climatique. Enfin, certains projets se font malheureusement en remplacement de sols qui retiennent plus de gaz à effet de serre que les plantations d’arbres, comme les mangroves, les prairies et les tourbières. Encore raté.

Ces problèmes sont anecdotiques, non ?

Malheureusement, ils sont plutôt la norme. Selon l’Oeko-Institut, institut allemand de recherche sur l’environnement, 85 % des projets de compensation par la plantation d’arbres ont une « faible probabilité » d’assurer les réductions d’émissions promises. Seuls 2 % rempliraient les critères requis.

Et les technologies de capture et stockage de CO2 ?

Ici, le déploiement de cette technologie est assez faible et n’est pas à l’échelle de l’enjeu, donc il ne s’agit que d’un pari très risqué sur l’avenir – le risque étant l’immobilisme du business model en attendant un miracle technologique.

Un dernier mot ?

Il y a un problème éthique d’appropriation des émissions négatives. Les terres sont limitées, donc se les approprier empêche d’autres acteurs de faire de même. En gros, si je compense, mon voisin ne pourra pas le faire. Bref, il faudrait passer d’une logique de possession des réductions à une logique de contribution aux réductions. Il y aurait donc une séparation entre les émissions de l’organisation et les réductions d’émissions hors de l’organisation. Ce n’est pas parce que je mets de l’argent pour planter un arbre que mon produit n’émet pas de CO2.

N’hésitez pas à regarder les sources pour plus d’informations. Rendez-vous au prochain épisode !

Sources : 

https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/neutralite-carbone-entreprises-ne-parlez-plus-de-compensation-148655.html 
https://www.novethic.fr/actualite/environnement/climat/isr-rse/pourquoi-les-entreprises-et-les-collectivites-ne-doivent-pas-se-declarer-neutres-en-carbone-149772.html 
https://www.carbone4.com/neditespluscompensation-de-compensation-a-contribution 
https://youmatter.world/fr/entreprises-planter-arbres-climat-limites/ 
https://bonpote.com/compensation-carbone-et-treewashing-jonathan-guyot/ 
Enquête sur la reforestation par Vincent Nouyrigat dans le magazine Epsiloon (n°2 – août 2021)

L’auteur :

Wilfrid de Conti
Professionnel de l’engagement et de la brand advocacy

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.