X
Wilfrid DE CONTI
Temps de lecture: 9 mn environ
Illustration par Fanny Lamouroux

Dans ce deuxième épisode de la saison 1 de la Note Éco de Besight sur le greenwashing, Axel s’intéresse au bambou. Pas comme matériau de construction, mais celui que l’on voit partout sur les objets, vous savez, ceux classés comme “écolos” dans les magasins et sur les sites Internet.

C’est quoi le problème avec le bambou ?

Le bambou a tellement de succès aujourd’hui que les plantations de bambou ne cessent d’augmenter. Produites très majoritairement en Asie, dans leur milieu naturel, elles viennent sur les terres forestières et remplacent une forêt avec une végétation diversifiée par de la monoculture. Il y a alors un impact sur la biodiversité animale et végétale, mais aussi sur les sols qui retiennent moins de carbone.

Mais c’est un produit naturel qui permet de remplacer le plastique, non ?

Le bambou, en lui-même, oui. Mais tout ce qui s’apparente à du bambou sur les objets comme une brosse à dent, et bien ça n’a rien de naturel.

Après avoir été coupé, le bambou est broyé en poudre ou en fibre, puis mixé avec de la mélamine, une résine plastique, pour pouvoir donner la forme que l’on souhaite à l’objet. Faire croire à un produit naturel alors qu’il est composé à moitié de plastique, c’est un bel exemple de greenwashing.

D’ailleurs, il est important de faire attention aux produits mélaminés qui sont en contact avec des substances alimentaires, comme les assiettes, couverts, lunch box, mugs ou gourdes avec du bambou. Avec la chaleur, la mélamine peut migrer dans les aliments, alors que c’est un plastique cancérigène et un perturbateur endocrinien.

C’est recyclable, le bambou ?

Et bien non. Certains consommateurs voudraient le mettre à recycler avec le bois, mais le bambou est une plante, donc ne passe pas dans cette filière. Pire encore, si vous jetez votre objet en bambou avec le bois, il va perturber son recyclage.

Évidemment, même s’il contient du plastique, pas question de jeter du bambou dans la poubelle jaune ! La résine plastique utilisée est un thermodurcissable, et ne peut donc pas être fondue.

Certaines entreprises ne font qu’ajouter une partie en bambou sur leur produit, et elles essayent de faire croire à un produit plus écologique. Il n’y a donc pas de remplacement d’un matériau par un autre, mais un ajout d’un matériau supplémentaire, qui plus est plutôt carboné, perturbateur de biodiversité et non recyclable.

L’auteur :

Wilfrid de Conti
Professionnel de l’engagement et de la brand advocacy

0 commentaires

Soumettre un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.